Leonardo

Récit de Marine, stagiaire Leonardo à Dublin

Tout d’abord, mon impression générale concernant ce programme est que c’est une grande opportunité donnée aux jeunes diplômés et demandeurs d’emploi. Elle permet d’acquérir une nouvelle expérience enrichissante tant au niveau professionnel que personnel. Je me suis intégrée à Dublin qui est une ville selon moi remplie de charme avec une population agréable. Je suis partie avant pendant les vacances de Noël dans l’objectif de prendre mes repères ce qui a facilité mon intégration dans le programme…

Au niveau de la structure impliquée dans l’organisation de ce programme en France, je pense que l’organisme Inter Echanges apporte un réel suivi individuel de chaque participant du programme en prenant chaque cas à part. L’équipe est de bon conseil, elle prépare les participants avant le départ par des ateliers comme des mises en situation en anglais… Cela est très sécurisant pour les participants.

Au niveau de la structure impliquée dans l’organisation de ce programme à Dublin, je pense que l’école est bien agencée (l’école réalise actuellement des travaux afin d’améliorer  davantage les conditions de vie des élèves). L’équipe pédagogique est très professionnelle, j’ai dû effectuer un test de niveau afin de m’attribuer la classe correspondant à mon niveau, si l’élève progresse ou sent qu’il ne progresse pas il a la possibilité de changer de classe.

Au niveau des stages j’ai eu de la chance :  une entreprise, « Essence Of Beauty », a contacté l’école car elle était intéressée par mon profil, suite à un entretien qui s’est passé avec succès j’ai dû faire mes preuves la semaine qui suivait. Suite à cette période d’essai d’une journée la dirigeante du salon de beauté m’a annoncé qu’elle me prenait en stage.

PHOTO 3

Ensuite, lors du début de mon stage j’ai effectué les soins du visage et les massages de bien-être, je devais aussi aider la réceptionniste et entretenir le salon de beauté de temps en temps car un salon se doit d’être toujours bien ordonné…

Ce stage est en accord avec mon projet professionnel, il a confirmé que j’étais faite pour ce métier suite aux nombreux encouragements et témoignages des clients. Je me sens reconnue, cette expérience a fait évoluer mon projet professionnel et personnel car j’ai l’intention de partir travailler aux États-Unis à partir de cet été dans l’objectif de débuter ma carrière là-bas. Lors de mon stage j’ai pu développer le «Shiatsu » avec  mon équipe dans le but d’apporter ma compétence et de la fraîcheur à leur carte.

PHOTO 2
Lors de mon expérience à Dublin j’ai eu l’occasion de rencontrer beaucoup d’étrangers tels que des Brésiliens, Vénézuéliens, Allemands par les évènements organisés par les élèves ou l’école, nous échangeons beaucoup à travers les réseaux sociaux. Nous apprenons mutuellement quelques mots dans nos langues réciproques, nos cultures…

Pendant mon temps libre j’effectue les sorties de l’école, je visite les monuments et les régions de l’Irlande, je vais au cinéma afin d’améliorer mon écoute…

Je garde également contact avec des membres de l’équipe professionnelle de mon école et de mon stage car cela selon moi est très important… j’ai noué des liens dans le domaine professionnel et personnel.

Les gens sont solidaires entre eux, ils sont avenants auprès des étrangers. Les Irlandais sont attachés à leurs traditions et à leur histoire et patrimoine, nous les Français possédons plus de patrimoines, de dates dans notre histoire, nos archives nationales sont plus riches, mais cependant les Français sont moins attachés à leurs traditions.

Suite à cette expérience européenne mon comportement et mes idées ont évolué. J’ai pu réfléchir et gagner en maturité, je me suis rendu compte des nombreux privilèges que la France nous attribue comme la sécurité sociale, les allocations chômage… Ce voyage m’a permis de prendre des décisions sur le plan professionnel et personnel.

 

Impressions de Cédric durant son stage Leonardo à Berlin

Mon impression générale sur le programme est excellente. Les quelques faiblesses sont que je n’ai pas toujours été à 100 % baigné dans la culture allemande, parce que le logement n’a pas de salle commune, ou parce que je ne me suis pas investi de façon suffisamment régulière dans un loisir collectif. J’ai apprécié l’aide qui m’a été apportée par Inter Echanges qui m’a bien informé et suivi avant et pendant le programme.

IMG_4216-001

Devant le château de Sans Souci à Potsdam

Mon stage s’est déroulé chez Rhenus eonova, prestataire de services en logistique hospitalière. Ma tutrice en entreprise a eu la bonne idée de me faire commencer par de la pratique, avec deux semaines sur des sites hospitaliers et une autre dans un centre logistique de l’entreprise. J’ai été très bien suivi et cela m’a permis de comprendre les activités et l’organisation des différents services. On m’a ensuite confié des tâches plus spécifiques. J’ai collecté des informations utiles à la stratégie de développement international de l’entreprise.

J’ai bien progressé en allemand. Comme mon niveau n’est pas encore suffisant, je pense refaire une période de cours intensifs comme ceux effectués en début de Leonardo qui m’avaient bien servis.

IMG_4213-001

Visite du quartier hollandais de Potsdam

J’ai pu profiter de concerts de musique classique : l’Orchestre Symphonique Allemand de Berlin (DSO) au Philharmoniker, le Requiem de Verdi au Berliner Dom, la violoniste Hilary Hahn au Konzerthaus. Facilitée par un métro/U-Bahn qui fonctionne toute la nuit, Berlin est bien connue pour sa vie nocturne mais on ne m’avait pas dit que les Berlinois sortaient aussi tard. Non-habitué aux sorties nocturnes entre 02:00 et 06:00 heures, ma sortie dans un club de rock indépendant avec mes colocataires slovaques était tout de même un bon moment. J’ai plusieurs fois joué au badminton et au squash avec des collègues après le travail.

27 PM

Concerts au Berliner Dom et à la Philarmonie

Ce stage complète mon expérience en logistique. Après les services de transport et la préparation de matériel logistique dans un projet automobile, j’ai découvert ici les services logistiques aux hôpitaux et cliniques. J’ai acquis des connaissances utiles sur ce secteur porteur dans lequel je pourrais chercher un emploi.

03 PM

Aperçus de Berlin, entre terre et ciel…

Sur les pas de Rémi, stagiaire Leonardo à Berlin
Bernauer Strasse, sur les traces du mur…

IMG_0911

Club der Visionäre : un bar-club posé sur des barges sur le canal. Tôt le matin ou le dimanche après-midi au rythme des DJ.

P1010849

Mörchenpark, sur les ruines du Bar 25 (projet associatif et écologique contre MediaSpree)

IMG_0580

Et enfin, le fameux döner kebab berlinois…

IMG_0496

« A l’aventure! » Séverine, stagiaire Leonardo à Berlin

Ce que j’ai noté sur la culture est qu’il y a 2 mondes bien distincts : d’une part les jeunes noctambules, qui construisent un nouveau Berlin novateur, créatif et curieux ; et d’autre part une partie très conservatrice, axée sur la vie de famille, éco responsable et suivant une hygiène de vie très saine.

Image

J’ai rencontré énormément de personnes et d’artistes (musiciens, photographes, comédiens, peintres) venant de toute l’Allemagne. Notamment venant de l’ex RDA. Nous avons échangé au sujet de leur ancien mode de vie, leur nostalgie, avant la chute du mur et leurs nouvelles perspectives d’avenir après 1989. Ils m’ont fait découvrir leurs univers, ayant souvent une vie noctambule très intense.

Le stage à Berlin cadrait parfaitement avec mon projet professionnel. Je cherchais à réaliser ce type de mission à partir de la France depuis de nombreuses années (développement commercial international d’une marque cosmétique bio) mais mes fonctions en tant que responsable administration des ventes ne m’avaient jamais permises de consacrer du temps à cette tâche.

Image

Ce stage m’a humainement apporté plus que je ne l’aurais imaginé. J’ai été acceptée par les Berlinois qui ont tout fait pour me faire rester plus longtemps. Je sais que je serais accueillie sans problème si je décidais d’y retourner. On ne ressent pas le stress d’une capitale comme Paris, pas de pollution, pas de bouchons, il y fait vraiment bon vivre !

Image

Mon conseil aux futurs stagiaires : profitez à fond des 3 mois dont vous disposez, ils passent très vite ! Il faut respecter comme partout les règles, comme attendre que le piéton lumineux passe au vert pour traverser, être patient dans les files d’attente car elles peuvent être très longues, adopter les pratiques berlinoises (acheter un vélo). Pour tout connaître rapidement et rencontrer des gens, n’hésitez pas à sortir seul, à l’aventure !

Mathilde raconte son « stage sous le soleil maltais »

Ayant la volonté de devenir responsable des séminaires et banquets au sein d’un hôtel, je suis contente d’avoir pu découvrir et pratiquer les métiers de serveuse et de réceptionniste. Le Mellieha Bay Hotel étant une structure hôtelière importante, j’ai pu ainsi comprendre le fonctionnement de ce type d’hôtel et l’importance du rôle de chacun.

Image

Appréciant le contact humain, le rôle de serveuse m’a permis d’être au plus près des clients. Malgré le manque de temps et le stress imposé, j’ai essayé de rester professionnel et de garder toujours le sourire. Si j’étais disponible, je prenais le temps de discuter avec les clients car ils étaient curieux de découvrir mon parcours. Ces moments ont été l’occasion de travailler ma compréhension, d’acquérir une fluidité à l’oral mais aussi d’apprendre du vocabulaire autre que celui des boissons. Pour mon plus grand plaisir, j’ai eu l’occasion d’assister à 2 mariages en plein air.

Image

Mon environnement de travail m’a permis de faire de nouvelles rencontres. J’ai ainsi sympathisé avec des serveuses bulgares et hongroises et aussi avec l’équipe d’animation française de l’hôtel. Nous nous voyons en dehors du travail, et les échanges que j’ai eu avec ces personnes m’ont beaucoup apporté sur le plan professionnel et personnel.

Grâce à nos discussions en anglais, j’ai à la fois découvert une autre culture mais aussi progressé tout naturellement en anglais car nos conversations étaient simples, ludiques et compréhensibles.

Image

En dehors du travail, j’ai beaucoup profité du cadre et de ce que pouvait m’offrir la nature. Avec ma colocataire, nous avons fait un bon nombre de randonnées pour ainsi se ressourcer et découvrir l’île. Pour être au plus près des locaux, je me suis également intéressée aux festivals et fêtes de villages. J’ai aussi adopté la conduite à gauche, car j’ai loué une voiture. Se fut l’occasion d’aller dans les moindres recoins de l’île et de faire la découverte d’endroits magnifiques et bien cachés! En 3 mois, j’ai donc pleinement vécue cette expérience et je suis revenue en France avec une valise remplie de bons souvenirs. Tellement de souvenirs… que j’ai du payé un supplément à l’aéroport!

Image

Claire, stagiaire Leonardo à Malte

Image

Golden Bay

C’est par hasard, en cherchant sur internet un moyen de pouvoir partir à l’étranger que je suis tombée sur ce programme. Le programme Léonardo da Vinci: pouvoir permettre aux personnes désireuses de vivre une expérience de stage professionnel à l’étranger dans le but d’améliorer la connaissance d’une langue étrangère.

J’ai envoyé ma candidature en français et en anglais comme demandé, j’ai été convoquée pour passer un entretien et effectuer une réunion d’informations.

J’étais loin d’être rassurée, avec mon niveau d’anglais assez faible. Mais qui ne tente à rien n’a rien. Lors de l’entretien j’ai eu une partie en français et une en anglais, sur mes motivations et ce que je savais déjà de Malte. Je suis partie de cet entretien sans déception, j’avais donné ce que je pouvais, je n’avais plus qu’à attendre la réponse. Cela a mis plus longtemps à arriver, mais quand on m’a dit par téléphone que j’étais prise, quelle joie, un projet qui me tenait à cœur depuis mes 15 ans qui se réalise, trop heureuse!

Grace à Inter Echange je n’ai pas eu besoin de chercher un appartement et stage, tout a été trouvé par leur partenaire.

Image

Marsaxlokk

Quand on part en séjour je pense qu’il est important d’oublier tout le petit confort que l’on dispose chez soi, on est aussi là pour apprendre à vivre dans un autre mode de vie, avec des mentalités complètement différentes, pour pouvoir profiter au mieux du séjour et pas se bloquer sur certains détails, sinon pour certains leur stage vous paraitra long.

Le début du stage n’est pas toujours facile, surtout dans le cas où on est loin de maitriser l’anglais, donc pour tout comprendre ce que nos managers nous disent c’est un peu compliqué, de plus à Malte on entendra en plus beaucoup de maltais: mélange d’arabe, italien, anglais…

Pour ma part, mon stage s’est très bien déroulé, bien que parfois les journées fussent longues, très longues. En réception, j’allais distribuer le courrier aux clients, entrais les commentaires des clients sur ordinateur, remplissait les noms des futurs clients sur ces questionnaires, faisait du découpage, aidais les personnes parfois avec leur bagages. Le contact clientèle est le plus fructifiant pour la pratique et la compréhension orale. J’essayais au maximum de les renseigner sur ce qu’ils pouvaient faire et voir sur l’ile.

Image

La Valette

Maxime parle de son stage Leonardo à Popeye’s Village, Malte

Image

Popeye’s Village

Mon impression générale sur ce programme est satisfaisante, il permet d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger. L’organisme est en charge de placer les candidats dans des entreprises selon leurs souhaits.

Je me suis plutôt bien intégré dans le pays d’accueil, que ce soit en entreprise ou à l’extérieur, il faut prendre le temps de comprendre la culture du peuple, au début du séjour il est normal que l’intégration se fasse difficilement, car entre les cultures maltaise et française la différence est grande ; il est important de faire preuve d’ouverture d’esprit et de dialoguer au maximum.

J’ai rencontré de nouvelles personnes de différentes nationalités, essentiellement européennes (Italie, Espagne, Pologne, Roumanie…).

Pendant mon temps libre, j’ai visité l’île et le soir je sortais au maximum afin de pouvoir rencontrer du monde. La culture maltaise est très riche, car beaucoup de civilisations ont vécu sur cette petite archipel, on peut voir une certaine richesse au niveau des langues pratiquées par le peuple (Anglais, Italien), 97% d’entre eux sont catholiques, les églises et les dômes sont très impressionnants ! Il existe une très grande différence entre notre culture et la leur, on devrait prendre leur exemple, notamment sur l’apprentissage de l’anglais.

Grâce à cette expérience, mon comportement à changé, une ouverture d’esprit a pris forme, c’est-à-dire l’envie de découvrir d’autres cultures, d’apprendre à partager des savoirs.

L’acquis principal que je vais pouvoir mettre en avant est la réalisation d’un stage à l’étranger, la chance d’avoir pu pratiquer l’anglais et d’avoir découvert une culture différente à celle de la France.

Le conseil que je peux donner pour les futurs stagiaires est de se plonger dans la culture du pays d’accueil et de faire preuve d’une certaine ouverture d’esprit.

Image

Gozo

Voyage imaginaire en Irlande avec les photos de Marine, stagiaire à Dublin

© Minera Pics’

Image

© Minera Pics’

Image

© Minera Pics’

Image

© Minera Pics’

Image

© Minera Pics’

Image

« Oubliez vos livres de grammaire et confrontez-vous à la population locale ! » Mickael, stagiaire Leonardo à Derry

Image

L’Irlande du nord est une terre d’accueil, la population est très curieuse et la première question que l’on vous pose est souvent « where are you from ? ». La discussion s’enchaîne et vous vous rendez compte qu’avec votre niveau d’anglais pitoyable, à votre arrivée il est possible d’échanger !

Apres 3 semaines de cours il y a un stage qui correspond en général à vos critères, en prenant en compte votre niveau et vos aspirations personnelles. Il est très important de réfléchir à votre lieu de stage dès que vous souhaitez participer au programme et surtout choisir en fonction de votre niveau d’anglais. Ainsi vous éviterez des désillusions.

Apres un projet mûrement réfléchi j’ai choisi de travailler dans un pub/restaurant. Le contact avec la clientèle étant permanent, cela m’a permis de progresser rapidement.

Cette expérience à beaucoup changé mes ambitions personnelles et je me suis totalement épanoui dans les différentes tâches qui m’on été confiées.

Le management Anglo-saxon est vraiment différent de ce qu’on peut trouver ici en France, la hiérarchie est moins apparente et on vous confie plus rapidement de nouvelles missions ; l’évolution personnelle et professionnelle est plus rapide. Cela m’a permis de m’impliquer davantage et d’être en confiance.

Je conseille aux prochains Léonardo de vivre cette expérience à fond. Essayez de vous intégrer, sortez dès que vous en avez l’occasion, participez aux différents événements qui vous sont proposés et vous constaterez que vous progressez de manière très agréable ! Oubliez vos livres de grammaire et confrontez-vous à la population locale ! Participez à des évènements avec des étudiants Léonardo d’autres nationalités. Vous en ressortirez grandi(e).

Stage Leonardo au Klingendes Museum à Berlin. Découvrez l’histoire de Marylène !

Sans activité professionnelle depuis juillet 2012, et après avoir travaillé 3 ans dans le secteur de l’administration culturelle, j’avais des difficultés à retrouver du travail.

C’est lors de recherches de formations et de jobs à l’étranger que j’ai découvert le dispositif Leonardo, auquel j’ai immédiatement postulé.

Je suis arrivée à Berlin le dimanche 13 janvier, pour 3 semaines de cours de langue à l’IFS Berlin et 10 semaines de stage au Klingendes Museum.

Nous nous sommes très bien entendus au sein du groupe de stagiaires (3 Finlandais, 4 italiennes et 2 Françaises).

Le Klingendes Museum (« musée sonore ») est un musée où les enfants viennent la plupart du temps en groupe scolaire, de l’école maternelle au lycée, pour découvrir les instruments de l’orchestre en les essayant.

Du point de vue professionnel, le stage Leonardo m’a d’abord permis d’améliorer mon niveau de langue. Tout d’abord la compréhension et l’expression orales, et la compréhension écrite. J’ai le sentiment d’avoir moins progressé dans l’expression écrite, cependant, je pense qu’il est plus difficile de s’auto-évaluer sur ce point.

Sur le plan personnel j’ai acquis surtout de la confiance en moi, car j’ai passé 3 mois à l’étranger dans un environnement inconnu.

Je reviens du Stage Leonardo plus tolérante et plus curieuse. J’ai appris au fur et à mesure à me débarrasser de tout préjugé : la vie d’un Leonardo se déroule souvent au milieu du groupe de stagiaires européens, où j’ai pu apprendre beaucoup de choses sur l’Italie et la Finlande.

Quelques conseils aux futurs Leonardo :

  • Avant de partir, il me semble important d’avoir un projet professionnel bien défini, car ce stage de 3 mois à l’étranger est un véritable atout qui rendra votre CV attractif.
  • Pour bien profiter de la ville, renseignez-vous avant en consultant des guides comme Le routard, ou Guide vert. Les trois mois passent vite quand on travaille, et il serait bête de rater des points de la ville qui pourraient vous intéresser.
  • Ne restez pas entre Français : c’est parfois difficile quand on est loin de chez soi de résister à l’envie de retrouver des Français, mais l’intérêt du projet Leonardo c’est aussi l’immersion. D’ailleurs, osez aussi dès que vous avez l’occasion sortir avec des collègues de travail, en dehors du groupe Leonardo.
  • Il est parfois tentant de parler anglais entre stagiaires, mais nous avons dans cette promotion fait l’effort de parler allemand, et nos progrès en ont été beaucoup plus rapides. Cela en vaut vraiment la peine.
  • Pour éviter de ressentir le mal du pays SORTEZ !
  • Quand vous intégrez votre équipe de stage, oubliez tous vos clichés sur les Allemands, positifs ou négatifs et observez vos collègues pour établir au plus vite de bons contacts avec eux.

Pourquoi faire un Leonardo à Berlin ? Rémi nous en parle

Le Programme Leonardo – la formation et l’enseignement professionnel par la mobilité

Le programme Leonardo permet d’obtenir une expérience professionnelle ainsi qu’une formation linguistique dans la zone européenne et j’ai eu la chance d’en faire partie en 2013.

Plusieurs pays font partie du panel de mobilité du programme Leonardo, j’ai pour ma part choisi l’Allemagne. Leonardo m’a permis d’effectuer un stage à Berlin après avoir suivi une remise à niveau linguistique, elle aussi dans la capitale allemande.

Très bien encadré, ce programme a la chance d’apporter à ceux qui l’effectuent un réel effort d’insertion culturelle et professionnelle. En adéquation avec mon projet personnel, ce stage en Allemagne m’a permis une approche bien plus importante de la culture allemande qu’un simple voyage touristique.

Partir un trimestre à l’étranger peut sembler freinant, mais la répartition un tiers-deux tiers avec la formation linguistique, ainsi que les nombreuses activités proposées par nos partenaires, sans parler des ressources intrinsèques de la ville dont vous dépendrez en feront un moment certainement trop court pour la majorité d’entre vous.

La confrontation avec la vie professionnelle à l’étranger peut en déboussoler plus d’un et prendre de multiples adjectifs ; mais s’il y en a un qui doit prédominer, c’est bien celui de la nouveauté. En cela, on rejoint directement les valeurs du programme Leonardo qui amène un vent nouveau dans notre parcours professionnel.

Après avoir fait un Leonardo, Olivier est embauché en CDI à Bruxelles

« Concernant mon futur job, c’est un job de consultant dans l’industrie pharmaceutique à Bruxelles. CDI à temps plein.

Comme formation initiale j’ai un master 2 de sciences, complété par une formation pro après le master, en biotechnologies.

J’ai ensuite travaillé 3 ans dans différents labos pharma publics ou privés de la région lyonnaise, et ensuite, étant en recherche d’emploi, je me suis inscrit à Leonardo. Et je n’ai pas regretté!

La maîtrise de l’anglais était essentielle pour mon travail. Merci encore à Inter Echanges et au programme Leonardo. »

Seher parle de son stage à Derry

Image

En règle générale, je suis plutôt satisfaite de l’expérience que j’ai pu acquérir à travers le programme Léonardo, car il m’a donné la possibilité de pratiquer l’anglais dans un pays anglophone.

L’intégration dans le pays d’accueil s’est faite assez rapidement, car nous avons démarré les cours le lendemain de notre arrivée.

Les classes étaient composées de différents étudiants étrangers, ce qui facilitait les échanges en anglais.

Certes au départ, il m’a fallu un temps d’adaptation aux différents accents des étudiants (Italiens, Polonais etc.), ainsi que des professeurs. Cela n’était pas très facile, car les Irlandais parlent vite et ont une façon particulière de prononcer certains mots. Les professeurs faisaient bien entendu l’effort de parler moins vite et de bien prononcer les mots, ce qui facilitait la compréhension au cours des premiers jours.

Avant mon départ, l’organisme d’envoi Inter Echanges a bien spécifié que les stages qui nous seront attribués ne seront pas forcement en adéquation avec notre parcours professionnel antérieur. De ce fait, j’étais prête à l’idée d’effectuer un stage dans un domaine d’activité différent du mien, car mon but principal était de m’améliorer en anglais.

Je trouve que toute l’équipe de l’organisme d’envoi Inter Echanges de Lyon a assuré un bon travail de préparation avant le départ au cours de la réunion où plusieurs points ont été traités (la ville de Derry, l’histoire, les monuments à visiter). En effet, cela m’a permis de mieux appréhender le départ.

J’ai effectué mon stage au sein de l’entreprise Golf Store Europe, qui est spécialisé dans la vente d’équipement sportif destiné au golf via un site internet.

J’ai intégré le service commercial et j’étais en charge du suivi et de la mise à jour des commandes sur la plateforme. J’ai également procédé à la traduction de fiches produits de l’anglais au français. Cela m’a permis de développer l’anglais à l’écrit et de découvrir le vocabulaire autour du golf.

L’environnement professionnel était très agréable, car l’équipe était accueillante. De plus, l’entreprise d’accueil est consciente que le but du stagiaire est avant tout de développer une aisance au niveau de l’anglais avant d’acquérir une compétence professionnelle.

Le principal conseil que je pourrai donner à un stagiaire Leonardo est de se fixer des objectifs avant le départ. De ce fait, si l’objectif est de s’améliorer en anglais, tout sera mis en œuvre pour y parvenir.

Pour cela, il faudra être curieux et aller vers les autres afin de communiquer et de s’exercer en anglais.

Ne pas hésiter à poser des questions si l’on ne comprend pas un mot et également à dire à nos interlocuteurs de nous corriger si nécessaire.

Il est également intéressant de visiter les alentours de la ville où il y a de beaux paysages à découvrir.

Pour conclure, j’ai réellement apprécié ces treize semaines passées dans un pays anglophone tant d’un point de vue professionnel que personnel. En effet, j’ai rencontré des personnes très agréables et généreuses qui ont fait de ce programme une expérience enrichissante et unique.

J’ai eu l’opportunité d’intégrer une entreprise et d’être dans un contexte professionnel anglophone.

J’ai également découvert un pays magnifique qui ne demande qu’à être visité et une culture intéressante.

Je remercie pour cela la Commission Européenne ainsi que l’organisme d’envoi Inter Echanges de Vénissieux et la NWA de m’avoir permis de mener à bien ce programme.

Aurélie fait le bilan de son stage à Derry

Image

Impression générale

Je pense que ce programme est une opportunité unique de découvrir un autre pays, une autre culture et d’améliorer la maitrise d’une langue étrangère.

Je me suis bien intégrée dans le pays d’accueil. Cependant, les tensions en Irlande du nord entre les deux communautés sont perceptibles, il faut donc être vigilant.

Pour moi, ce programme ne présente que des aspects positifs. Quelques semaines de cours de langue suivi par un stage en entreprise constituent un bon moyen de progresser rapidement. Bien sur, le stage se doit d’être adapté au participant pour pouvoir notamment être valorisable sur un CV.

Le stage et les bénéfices professionnels

Mon stage s’est déroulé au sein d’une entreprise agroalimentaire spécialisée dans la production de desserts et de salades préparées. J’ai travaillé au sein des services Production et Qualité. J’ai donc travaillé en tant qu’opératrice sur les chaînes de production, et réalisé quelques missions ponctuelles pour le service Qualité (audit hygiène, calibration des appareils de mesure, …)

Ce stage était en accord avec mon projet professionnel. Diplômée d’une école d’ingénieur en agroalimentaire, je souhaite m’investir dans ce type d’entreprise. De plus, pour pouvoir encadrer des opérateurs, il me semblait important d’avoir une expérience en tant qu’ouvrier afin de se rendre compte des difficultés du travail en Production.

Ce programme m’a permis d’avoir une expérience supplémentaire dans le secteur professionnel où je souhaite m’investir. Cela m’a aussi permis d’envisager un travail à l’international.

Concernant l’environnement professionnel, il n’y avait pas de différence notable entre les pratiques du pays d’accueil et celles de la France. Les exigences en termes de Qualité sont similaires.

Niveau de langue

Mon niveau d’anglais s’est énormément amélioré au cours de ces trois mois. Cependant, j’aurais aimé progresser davantage. Je pense qu’une période de trois mois n’est pas suffisante pour progresser de manière durable. J’ai largement progressé au niveau de la compréhension mais j’ai encore du mal à m’exprimer à l’oral de façon suffisamment fluide.

Vie sociale et culturelle

Lors de ce programme j’ai pu rencontrer beaucoup de nouvelles personnes de toutes nationalités ce qui fut très enrichissant. Cela permet de découvrir d’autres cultures, d’autres pays, d’autres coutumes. A travers l’organisme d’accueil d’une part et le stage en entreprise d’autre part, j’ai été en contact avec des irlandais. A travers mes activités associatives (danse, sport) et les soirées j’ai également rencontré des personnes appartenant à d’autres nationalités européennes. J’ai gardé des contacts avec plusieurs personnes rencontrées lors de ce séjour.

L’après programme

Sur le plan professionnel, ce séjour m’a apporté une expérience supplémentaire dans une entreprise du secteur dans lequel je recherche un emploi.

Je viens d’être embauchée pour un CDD d’une durée de 8 mois dans le secteur agroalimentaire en tant que Responsable Qualité. Je pense que mon stage à l’étranger a été un avantage non négligeable lors de ma candidature. Cette expérience révèle une grande autonomie et une bonne adaptabilité, qualités essentielles dans le milieu professionnel. De plus la maitrise de l’anglais est de nos jours incontournable dans un contexte d’internationalisation des échanges.

Si mon embauche a été aussi rapide après mon retour, c’est parce que j’avais anticipé celui ci et répondu à des annonces lors du programme.

Pour conclure, j’inciterais le maximum de personnes à suivre ce type de programme qui est à la fois un enrichissement personnel et un plus sur le plan professionnel.

Image

Wadjib, stagiaire Leonardo à Derry

Image

Le Programme Mobi Pro Rhône Alpes est un excellent moyen de découvrir un pays étranger, différentes cultures, ainsi que d’améliorer son niveau de langue.

De plus la bourse aide beaucoup car celle-ci permet à des jeunes comme moi de postuler et d’avoir la chance de vivre une nouvelle expérience.

Mon stage s’est déroulé à Debenhams, grande distribution spécialisé dans le prêt à porter et petit équipement de la maison.

L’environnement de travail dans mon pays destination est différent du monde professionnel français. Le rythme de travail est assez lent puis les objectifs à atteindre chaque jour sont très facile à atteindre. L’ambiance est très familiale au sein de l’entreprise.

Avant ce programme j’avais un niveau de langue très faible, je n’avais pas les bases.

Au cours des 3 semaines de formation linguistiques j’ai eu une nette amélioration.

Ensuite avec le stage j’ai amélioré la compréhension, l’écoute et je suis de plus en plus à l’aise.

J’ai eu une certification de langue de Pré-intermédiaire A2 à cause de mon résultat obtenu au début du programme. J’ai trouvé vraiment dommage que l’organisme d’accueil n’a pas réalisé de test à la fin du programme je suis déçu sur ce point.

Durant ce programme nous avons rencontré de nombreuses personnes de nationalités différentes hormis les habitants locaux. Il y avait des personnes de nationalité espagnole, polonaise, portugaise, hongroise et italienne.

J’ai fait partie de la vie locale en participant à la marche du Bloody Sunday, à la Parade de la St Patrick et à des événements de la Cité de la culture 2013.

Dans mon temps libre j’ai visité toute la ville, les différents monuments locaux. Pour rencontrer du monde il était intéressant d’aller régulièrement dans des bars, pubs et les night club. C’est dans ces endroits que l’on pouvait s’améliorer le plus ou il y avait plus de dialogue.

Nous avons visité des grandes villes d’Irlande telles que Belfast et Dublin puis voyagé en Ecosse pendant 5 jours et visité les villes de Glasgow et d’Edinbourg.

Ce fut très enrichissant culturellement car dans chaque zone la culture était très différente.

J’ai gardé de nombreux contacts. Que cela soit amical ou professionnel ce fut important pour moi. J’aime rencontrer d’autres personnes, partager nos activités, nos idées.

Les différents groupes Léonardo qui ont été sur place ont permis de passer une mobilité très agréable.

Ce que je conseille aux futurs stagiaires Léonardo est de profiter des moments qui vont s’offrir à eux tout les jours car pour certains ça passera qu’une fois.

Mais aussi ce qui est très important est de se concentrer sur ses objectifs, car la période de mobilité est très rapide. Tout va très vite.

Image

Découvrez un projet de mobilité Leonardo en images

Sabrina, Espagne

Cours de langue

Image

Lieu de stage

Image

Desierto de las Palmas

Image

Un petit bonjour d’Olivier, stagiaire Leonardo en Irlande du Nord

Je garde une impression générale très positive de ce programme. Les avantages sont en fait nombreux : perfectionnement linguistique, expérience professionnelle supplémentaire, mobilité dans une autre ville européenne, découverte d’une nouvelle région, rencontre de personnes dont certaines sont devenues des amis, break dans la routine de la recherche d’emploi, et ceci sans réel investissement financier.

Les points forts du programme sont :

1) Financement quasi-total du séjour par la bourse, et prolongation des Indemnisations de Retour à l’Emploi (IRE).

2) Pas de discrimination liée à l’âge. Je trouve que c’est un paramètre fondamental car chaque citoyen européen recherchant un emploi peut avoir besoin d’améliorer ses compétences en langues et d’acquérir une expérience professionnelle à l’étranger.

3) Augmenter le sentiment européen des étudiants.

4) Dynamiser l’économie locale (l’envoi de centaines d’étudiants européens chaque année à Derry (Photo 1) contribue à faire tourner l’économie locale).

5) Accès au programme relativement aisé.

6) Redynamisation personnelle dans un environnement actuel très morose.

Tout au long du séjour, j’ai vraiment eu la sensation d’améliorer la qualité de mon anglais. Je me sens désormais plus à l’aise à l’oral, comprends davantage les discussions, et peux me débrouiller dans à peu près n’importe quelle situation. Je me sens désormais appartenir davantage au niveau B2 du cadre européen de référence pour les langues qu’au niveau B1 déterminé initialement par NWA. Je pense néanmoins que la progression aurait été meilleure si nous avions été réellement immergés parmi les locaux.

Aux futurs stagiaires Leonardo, je voudrais dire que la réussite de leur future expérience tient pour beaucoup à leur préparation mentale. Il faut en effet savoir se satisfaire de la qualité médiocre d’un stage, se focaliser sur la qualité des gens qui nous environnent et qui permet quand même d’améliorer son anglais. L’apprentissage de la langue est une démarche active qui se fait en faisant l’effort de s’ouvrir au pays d’accueil.

Photos des stagiaires partis en fevrier à Cork, Irlande

Djamel – fin des cours

Aminata : « On a rencontré d’autres jeunes, dont d’autres étrangers (autres que français).

On m’a appris des mots techniques pour mon travail (agent d’escale). »

Bureau Partnership Europe avec Paul

Témoignage de Maxime en stage Leonardo Da vinci à Séville, Espagne

«C’était super. Par contre, c’était trop court. En même temps, si avant de partir, on m’avait dit que se serait plus long, je ne serais pas parti.

J’étais chez Mango, chaine de magasins de prêt-à-porter. J’ai eu le droit à un accueil chaleureux de la part des salariés de la boutique où j’étais en stage. J’ai bien rigolé avec tous lemonde. Il y avait 7 collègues dont que des espagnols. Au début, j’avais de la difficulté à comprendre mes collègues parce qu’à Séville, les gens parlent vite avec un fort accent. Je devais ranger, plier les vêtements et répondre aux clients. J’ai été formé à certaines techniques de vente que je ne connaissais pas.

Jesuis resté 2 semaines dans cette boutique, qui était située en plein centreville. Ensuite, on m’a indiqué qu’il y avait des besoins de personnels dans uneautre boutique où j’ai effectué les 2 dernières semaines. Cette boutique était situéedans un grand centre commercial, à 25 minutes à pied de chez moi. C’était plusgrand, il y avait une quinzaine de salariés (exclusivement des espagnolségalement). Le patron était très familier et je n’avais pas l’impression qu’ily avait un rapport hiérarchique.

Les cours étaient de 9h à 13h etil y avait une heure de cours culturel de 13 à 14h (découverte et dégustationde spécialités culinaires, visionnage de DVD, etc…). J’étais au niveau 2 (sur5). Nous étions 4 élèves et l’école était à 20 minutes à pied de chez moi. Je suis satisfait des deux semaines de cours. J’ai eu 4 profs que j’ai bien apprécié à l’exception d’un.

Désormais,je me sens plus à l’aise pour m’exprimer. Je peux tenir une conversation. Je regardais sur internet le soir la définition des mots que je ne comprenais pas. J’ai donc appris du vocabulaire.

J’étais en colocation avec une allemande et une française (les 2 faisaient un Leonardo de 3 mois). La cohabitation s’est bien passée. J’étais à 20 minutes à pied du centre-ville.

J’ai pris le temps de visiter Séville. Il faisait très chaud (plus de 40 degrés certains jours) donc j’étais limité dans mes déplacements.
J’ai rencontré beaucoup de jeunes en Erasmus. Je suis beaucoup sorti, essentiellement avec d’autres français.
Je souhaiterais devenir commercial itinérant. Depuis mon retour, je suis passé poser des CV dans les boîtes d’intérim. Je suis vraiment intéressé pour repartir travailler à l’étranger. Aussi, de côtoyer des jeunes en école de commerce m’a donné l’envie de faire cela. »

Témoignage de Jacques M. parti en stage Leonardo da Vinci à Derry

Nous sommes donc venus en nombre de 9 et nous avons été logés dans des appartements différents par groupe.

Arrivés un samedi, nous avons commencé les cours d’anglais dès le lundi suivant. Ceci a duré trois semaines. Nous avions un niveau d’anglais plutôt très moyen de façon générale. Mais l’intégration s’est très vite faite grâce a l’aide des habitants d’ici qui sont les plus ouverts, les plus sympas et les plus accueillants de tous les pays que j’ai connus en Occident. Très vite ils mettent tout le monde à l’aise et deviennent nos amis comme s’ils nous connaissaient depuis 10 ans.
Après ceci on a donc intégré nos entreprises respectives. J’ai été placé chez HEADLINERS, une association de journalisme luttant contre l’homophobie, le racisme ,le sectarisme et les préjudices. J aime le principe. J’ai pris des initiatives: travailler avec le logiciel Photoshop, faire quelques interviews. J interviewais donc des jeunes victimes de violence verbale ou physique qui nous faisaient part de leurs témoignages qui était donc diffusés dans le magazine.
Pour terminer mes plus grandes missions étaient l’ organisation de stands à l’extérieur où on rencontrait beaucoup de monde et on présentait l’association car on recherchait des volontaires. J’ avais la charge de présenter l’association, donc de parler avec du monde et de travailler mon oreille en écoutant et répondant aux différentes questions.
Cette expérience reste une très belle expérience sur le plan humain, personnel et professionnel. J’ai beaucoup amélioré mon niveau d’anglais, je me suis ouvert en allant constamment vers les autres et les voyant toujours venir vers moi en grand nombre car ils sont très sociables. Aussi, j’ai pu exercer ma passion d’enfance: le journalisme.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


%d blogueurs aiment cette page :